Outils pour utilisateurs

Outils du site


cultes_chantes:jesus_bon_berger_al_44-13_mon_dieu_par_ta_lumiere

→ Vous trouverez par → ce lien une mise en page bien meilleure ! :-O (Format xxx.odt)


Alléluia 44-13. Mon Dieu, par ta lumière

Aujourd’hui nous n’entendrons pas une prédication classique, m’inspirant un peu de Roland Engel, je voudrais lire, introduire et puis chanter avec vous, aujourd’hui à partir d’une mélodie connue.

Nous chanterons une première fois la strophe connue pour nous la remettre en mémoire (Souligné, c’est que tout est lié, e = prononcer le « e » Partout de par le monde les hommes appellent de leurs vœux Le « souligné » veut vous rappeler que les mots sont liés, « Que ça va vite » Merci de votre indulgence, de la difficulté à maîtriser tous les aspects…

1. Mon Dieu, par ta lumière, tu viens déchirer ma nuit. Mon Dieu, par ta lumière, tu viens éclairer ma vie. Mon Dieu, par ta lumière, tu me rends la liberté : Ma vie s’ouvre sur un chemin de clarté.

Si vous le souhaitez, vous pourrez vous joindre à moi lorsque je chanterai.

Imaginons un humain, vous et moi. Regardons-le penser à Dieu. Quel mot utilise-t-il ? Que dit-il ? Quelle est la notion avec laquelle il est à l’aise ?

Le plus souvent il mentionnera un terme « Dieu »,oui tout simplement. Il l’utilisera pour être rassuré, se sentir un peu protégé. Aussi faute de mieux… Au fond, me disent-ils souvent, il n’y a qu’un Dieu, des noms différents, mais « Dieu » c’est suffisant, c’est mieux ! La religion, les religions, ce qui compte vraiment est d’être bons, l’amour du prochain, et surtout se méfier de tout ce qui de près ou de loin sentirait le fanatisme. Chantons :

1 Partout de par le monde les hommes appellent de leurs vœux Celui qui leur assure d’être reconnus des cieux Cherchant quel est son nom ils trouvent l’appelant : « Dieu ». Leur but est ainsi atteint et c’est tant mieux !

Le coeur de la religion, demande que nous soyons bons Laissons oui les opinions, tolé- -rons sinon fuyons Ces hommes qui parlent fort; ils nous don- -nent toujours tort Sans ré- -fléchir bien plus loin, c’est notre effort !

Eh oui, l’appeler simplement « Dieu ». Il faut faire le bien, je l’ai déjà dit. Et puis comme on ne peut pas savoir mieux, c’est le mot Dieu qui convient le mieux ! Faire le bien ce n’est pas qu’une idée vague, bien au contraire c’est concret. Tous nos petits gestes forment comme un bouquet. Que me disent-ils encore ? Ah oui, les grandes réflexions, l’identité protestante, les dogmes de telle ou telle confession… Non, non, non. Chantons :

2 Un mont ou une église,suffit à l’appeler Dieu. J’appelle à ma guise, un nom large et généreux Je sens qu’il est « mystère » mais aussi proximité « Dieu », suf- -fit à dire ce qu’il est, comme je peux !

Je suis dans la pratique, j’aime voisins et prochains Loin de la dogmatique elle qui ne me sert à rien L’église et quelques rites, me suffi- -sent à faire le bien L’amour se comprend par ces tout petits « riens »

Hier, me dit quelqu’un, je me promenais dans la montagne. Demain, me dit un autre, j’irai au fond des mers. Ensemble me disent-ils en choeur, nous chercherons dans la beauté du monde la trace de Dieu. La perfection de la nature m’inspire, sans un seul mot je comprends Dieu.

Mais c’est à présent qu’il faut demander si nous avons besoin de Jésus dans tout cela ! Pourquoi donc cette action de Dieu, cette venue de Jésus, ces paroles, la mort et la résurrection s’il suffit de se pencher sur la fleur qui pousse sur les pentes des montagnes ou dans nos cours et jardins. Donner cours à l’intuition nous le pouvons, réfléchir aussi. Au fond, JESUS, est-ce juste une opinion ? On me dit : « Dieu est présent partout ! » Vrai, mais est-ce suffisant ? Le Christ nous révélerait-il quelque chose que la nature ne dirait pas ? Chantons :

3 Je cherch(e) dans la nature, est-il esprit immanent ? Il a notre figure deve- -nu homme et enfant Il parle, il est « parole » en des mots facilement « Dieu » n’est plus prononcé mais « Père » et « enfants »!

Dans l’Égli- -se résonne un nom rare et différent Le Christ seul on le nomme chemin nouveau, décapant C’est vrai qu’il nous rassure mais aussi nous surprend En lui se rencontre le vrai transcendant !

Quand nous parlons de Dieu, quand nous essayons aussi de raisonner, pouvons-nous diminuer ce qui nous est révélé, donné par le Christ ? J’ai parlé de l’intuition, de la beauté de la nature, mais un autre sujet nous touche tous. Nous sommes tous incités à exister et à parler extraordinairement de soi. Deviens « toi » ; Trouve ton véritable « toi ». Ose devenir « toi ». Libère ce que tu es vraiment ! Etc. Des incitations parfois très pertinentes qui appelle à la liberté, à la guérison d’un passé… mais… à la question qui es-tu vraiment… il est difficile de répondre. Oui qui es-tu vraiment ? Dire tout ce qu’on ne veut pas n’est pas difficile, mais dire ce qu’on veut, le dire avec les autres… voilà qui n’est pas facile.

Quand Jésus dit qu’il est le chemin, c’est aussi ainsi que nous sommes incités à l’entendre.

Ce qu’est Dieu, ce que nous sommes vraiment, ce que nous sommes appelés à devenir et à devenir ensemble. Cela signifie s’attacher au Christ. Ici, dans une Eglise, nous sommes chrétiens, « christiens ». Nous disons qu’en regardant le Christ nous comprenons Dieu et discernons un chemin. Je vous propose deux jambes pour tenir et marcher. Parce que je reste fidèle je progresse… Parce je progresse je reste fidèle…

Chantons :

4 Jésus est la parole il dit comment nous aimer Son Esprit le révèle, quand na- -tur(e) reste muet(te) Il dit tout de son Père et révè- -le tout bien mieux que no- -tre intuition première, vague, hasardeu(se).

Jésus est bien le centre, qu’on ne quitte pas des yeux Mon chemin quoiqu’on pense me ra- -mène en ce même lieu Baisser enfin les yeux dire mon Sei- -gneur et mon Dieu Ma vie est éclairée par un soleil : Dieu !

Terminons cette courte méditation par la dernière strophe de l’auteur. Il nous arrive aussi de prier tout simplement en disant une strophe de cantique. Cette dernière strophe contient une prière dont vous n’avez peut-être pas l’habitude. Dans la prière nous l’appelons le plus souvent Seigneur, Seigneur Jésus, ou Père.

Quand nous lisons la bible, que nous infléchissons nos vies, quand nous cherchons les mots de la prière… n’hésitez pas à demander son Esprit.

C’est facile, il suffit de dire « Père que ton Esprit dirige ma vie, qu’il me permette de poursuivre aujourd’hui le chemin. Qu’aujourd’hui tout ce que je vivrai soit associé à ce que tu dis et révèles dans la Bible. Seigneur Jésus, s’attacher à toi, c’est s’attacher à tes paroles. Qu’elles animent ma journée, qu’éclairent mes décisions et donne la vraie vie. » Que l’Esprit qui était en Jésus demeure en nous.

3. Esprit, par ta puissance, tu viens pour me fortifier. Esprit, par ta puissance, tu m’appelles à partager. Esprit, par ta puissance, tu viens pour nous rassembler : Du Christ, tu nous fais témoins et messagers.

d’après Colette Chanas *1948 © Auteur (112)

Confession de foi Jésus-Christ est le pain de vie. Celui qui vient à lui n'aura jamais faim, et celui qui croit en lui n'aura jamais soif. (Jean 6:35)

Jésus-Christ est la lumière du monde; celui qui le suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie.(Jean 8:12)

Jésus-Christ est la porte. Si quelqu'un entre par lui, il sera sauvé; il entrera et il sortira, et il trouvera avec abondance.(Jean 10:7)

Jésus-Christ est le bon berger. Il donne sa vie pour ses brebis. Ses brebis entendent sa voix; il les appelle par leur nom, il les conduit dehors, il marche devant elles; et ses brebis le suivent…(Jean 10:14)

Jésus-Christ est la résurrection et la vie. Celui qui croit en lui vivra, quand même il serait mort.(Jean 11:25)

Jésus-Christ est le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par lui.(Jean 14:6)

Jésus-Christ est le vrai cep, et son Père est le vigneron. Celui qui demeure en lui et en qui il demeure porte beaucoup de fruit.(Jean 15:1)

cultes_chantes/jesus_bon_berger_al_44-13_mon_dieu_par_ta_lumiere.txt · Dernière modification: 2017/05/01 09:49 par bholcroft